Tome 1

Rédigé par Garad l'érrant

Débuté en Fridus de l'an 167

Me voila quittant mon douillet chez moi, endormi sous la terre et la roche non loin de cette bourgade que les hommes appellent Ornate pour prendre la direction du Sud-Ouest. Loin jusqu'aux rivages pour trouver ce qui s'y trouvera.
La nuit tombe et me voila arrivé à Färt installé sur un lit bien douillet dans une sympathique auberge un peu bruyante. Les bâtiments sont pour la plupart très anciens et on peut sentir que cette auberge a survécu à de nombreux propriétaires. On peut aisemment remarquer que le bâtiment a reçu de grandes extensions à une période lointaine.
Me voici à Logail, Une jolie bourgade. J'ai pu discuter avec les gens de par ici, une famille bien aimable m'a offert de m'installer chez eux pour la nuit. A table ont été racontées des histoires de sombres intrigues entre les murs de Queledryn-Dhal, de bandits sur les routes et de conflits militaires meurtriers. Il semble que cette région soit très instable à l'ombre de la puissante cité de Queledryn. Mon trajet devient à présent incertain. Ces landes sont bien plus sauvages que dans le nord du pays.

Après avoir observé les cartes et discuté avec mes hôtes, je pense continuer ma route vers le Sud jusqu'à la cité de Kokedig. J'y prendrai alors le bateau en direction de l'Ouest. D'après le père de la famille il y a là-bas des pêcheurs qui prennent au petit matin la direction de l'Ouest pour aller pêcher. J'essaierai de négocier contre quelques sous qu'ils me déposent sur le continent en route. Il parait qu'ils ne remontent pas cependant jusqu'aux côtes d'Ispegarde… Nous verrons si quelques sous peuvent les faire changer d'avis. J'ai cru comprendre qu'il y avait sur la route une forêt particulièrement dangereuse… Je suis quelque-peu inquiet. Nous verrons bien ce qu'il en est. Je préférerai éviter Queledryn… Il va falloir aller bon train.

Je suis passé par Corenciel, les gens y sont bien comme leurs bâtisses ! Froids et rustres ! J'ai demandé asile et n'ai reçu que des coups de pieds dans le derrière ! Ah comme la bonne chair, le bon lit et le bon peuple de Logail me manque ! Ils n'avaient pas faux, j'ai trouvé sur la route une charrette marchande renversée et vidée de ses biens. Et me voila comme un idiot, couché sur le sol dur et froid d'une grotte humide !
De terrifiants hurlements de loups résonnent dans les bois par ici. Puisse le jour venir vite et chasser la nuit et ses cauchemars !

J'ai été réveillé à l'aube par le bruit des sabots d'une troupe de gardes à cheval allant vers le Sud par la route. Le ciel s'est couvert peu à peu et a pluie a fini par dégringoler à partir de midi environ. J'ai marché jusqu'à arriver au bout de la route après avoir croisé la troupe de gardes qui faisait demi-tour. a leur apparence, j'ai pu déterminer qu'ils devaient être de Queledryn. Ils m'ont posé tout un tas de questions. Visiblement peu de monde passe par ici. Je pensais que la route irait jusqu'à Kokedig mais visiblement ce n'est pas le cas. Par chance j'ai pu trouver une vieille barque qui traînait au bord de l'eau. Elle est un peu abîmée mais elle devrait pouvoir me porter jusqu'aux côtes de la grande île de l'archipel d'Adaaris demain… Enfin je l’espère…
Me voici caché dans un vieux box à chevaux. Il doit être abandonné depuis des lustres ! Des gouttes perlent depuis le plafond et il n'y a plus de porte pour fermer. La nuit s'annonce à nouveau difficile. Je mange en ce moment mes dernières réserves de nourriture. La pluie a détrempé ma carte, elle est inutilisable, il ne me reste plus que ma boussole. Espérons que la journée de demain sera bonne, le ciel dégagé, et que les gens qui habitent la prochaine cité sur ma route, Huel-Vor, seront un peu plus civilisés que ceux de Corenciel… La perspective de quitter ce drôle de pays me donne un peu de courage.