Apperçu

Information

Dates
Belligérants

138-145
Bhrone et Queledryn-Dhal

Lieux

Bataille d'Algan (750 830)
Portes de Bhrone

Mot-clef

La Guerre du Dernier Roi

En l’an de grâce 138, Fratis Bhrone arrive sur le trône de Séduchie. Jusqu’alors, il était comte de Sinarie, mais le décès de son demi-frère - Agtor II - lors du complot de Gifuma, l’emporta vers un avenir plus grand.
À cette époque, la Séduchie est divisée en trois duchés. Le duché de Sedlych abrite Bhrone, une ville puissante qui ne connait que peu la pauvreté, ainsi que Crescentia, un bourg agricole prospère. Mais la majeure partie du duché reste pauvre, tels que Valacar, Bhül ou Ornate.
A l’extrême sud-ouest du continent se trouve le duché d’Ispegrade. Là-bas, le bourg de Trask tente péniblement de sortir de la misère, et le village d’Ispegrade a perdu les producteurs de tissus qui faisaient sa richesse d’antan. Enfin, à l’extrême ouest, le duché de Siniath-Amar abrite le village de Siniath, un endroit miséreux où seuls quelques troupeaux et quelques champs pitoyables maintiennent la population en vie. Dans ce contexte difficile, les pauvres gens s’enivrent des histoires contées par les bardes, et beaucoup aimeraient sortir de leur misère. Algar Drüber est l’un des bardes les plus réputés de cette époque. Ses chants content l’existence d’un trésor formidable gardé par le peuple de Queledryn, au fond de la mine, dit-on. Ces récits circulent dans tout le pays, on les entend des tavernes aux marchés, jusque dans la guilde des aventuriers. Ils atteignent une telle popularité, que pour chacun ces récits deviennent réalité, et tout le monde se mit à convoiter le trésor de Queledryn.
Fratis Bhrone, roi de Séduchie, s’appuie sur ces récits populaires afin d’asseoir sa légitimité. Un soir de caldus, il annonce au peuple de Bhrone qu’il compte mettre la main sur ce trésor, et il promet une récompense pour chaque personne ayant apporté son aide au pays. C’est un succès pour lui, et la Séduchie se prépare alors à la guerre. De plus, les marchands Queledrains sont expulsés de Bhrone. La guerre était déclarée.
Gomrik Târag voit dans cette déclaration de guerre un moyen d’affirmer son affluence sur le trône. Il pourra par la même occasion prouver l’importance et la férocité de son armée. Le Toerisme deviendra une doctrine incontestable au sein de la mine et avec elle la puissance du Cervidisme en sera renforcée. En bref il voit dans cette guerre l’occasion de prouver au monde connu la puissance encore supposée de Queledryn.

Bataille d’Algan

Les armées du royaume de Séduchie sont en marche vers Gunvardhal, avec pour ambition de piller et souiller le royaume souterrain. Une importante campagne est alors mise en place par Gomrik Târag, pour monter une armée si puissante qu’elle pourra renverser le roi de Bhrone. Mais ce n’était pas une mince affaire et le roi ne put rassembler autant d’homme que son ennemi. Alors il décida de placer ses armées hors de Gabilbaruk, et choisit d’attendre les armées bhronéennes sur un champ de bataille à son avantage. La victoire Queledryn n’étant pas assuré pour autant, c’est l’héritier Thrindar Târag qui prit la tête de l’armée, pendant que le roi veillait aux préparations en cas de défaite de son fils.
C’est donc fin Fridus de l’an 148 que les deux armées se rencontrèrent dans la plaine d’Algan, au nord du village de Vergarom. Les préparatifs et la mise en place du camp de Bhrone prit la journée, et c’est le soir venu que la bataille débuta.
Les queledrains étaient moins nombreux mais leurs équipements lourds et leurs chevaux leur permettraient de gagner cette bataille. L’armée de Bhrone postée sur une colline accablait le camp adverse de flèches, et leurs chevaux ne leur permettaient pas de les déloger aisément.
Alors Thrindar ordonna d’attaquer la colline par vagues. C’était une méthode très efficace mais très couteuse en soldats. Bientôt l’armée de la Séduchie était réduite au même nombre de soldat que l’armée de Queledryn. C’est à ce moment décisif de la bataille qu’un troisième partit pris place dans la bataille. De tous côtés affluaient des pillards, armés d’arbalètes. Ils venaient des bois de Valdia, au sud de Fährt, ils profitèrent du chaos qui régnait pour voler du matériel. Ils furent furtifs et ne causèrent que peu de pertes humaines mais brouillèrent un instant les directives des deux camps. Après deux jours de bataille, les deux camps semblaient bloqués sur leurs positions et le conflit ne prenait aucune tournure. C’est alors qu’à l’aube du troisième jour, au milieu eu des explosions d’armes de siège que Thrindar Târag fit son apparition, il avait quitté le camp pour stimuler le moral de ses troupes. Et c’est ce qui arriva, au bout de trois jours de bataille, l’armée de queledryn prit le dessus et mit en déroute les armées du royaume de Séduchie qui reprirent la route de leur capitale.
A l’issue de la bataille l’armée de queledryn avait été réduite de moitié, mais c’était une grande victoire pour le royaume souterrain : il prouvait enfin sa férocité et la puissance de son armée. Thrindar Târag eut une réputation de combattant sanguinaire, et le Toerisme devenait incontestable des quelques queledrains qui le blâmaient encore.
Quant aux armées de Bhrone, ils ne gagnèrent pas la bataille car ils avaient sous-estimé leur adversaire, mais cette bataille nourrissait une animosité entre les deux armées qui sera forcément utile lors de leur prochaine rencontre.

Siège de Bhrone

Après la victoire sur les armées de Bhrone à la bataille d’Algan, Thrindar ordonna la mise en marche des troupes vers Bhrone le plus tôt possible : son armée étant réduite, l’effet de surprise devenait son meilleur atout, Bhrone ne s’attendrais surement pas à une attaque. Sûr de sa victoire il se lança à la poursuite de Fratis, avec pour unique dessin prouver sa supériorité et la puissance du Toerisme.
Le plan d’attaque était simple, il attaquera la ville par l’est, le plus rapidement possible pour que l’armée en déroute ne puisse pas s’organiser. Le camp fut donc bâti pendant la nuit, derrière un bosquet de sapins, à l’aube ils prendraient la puissante Bhrone.
La moitié de l’armée avait péri lors de la bataille d’Algan, et Thrindar savait qu’une attaque frontale lui ferait perdre tout avantage, en s’écrasant contre les murailles. Un plan de bataille très précis a donc été monté :
Dès l’aube, la grande armée menée par Thrabu Nurvek, s’est lancé à l’assaut des murailles de Bhrone, sur la porte nord-est de la ville, pour concentrer l’intégralité des troupes de Bhrone sur cette partie de la muraille. Les portes ne purent être fermées à temps, et l’armée pénétra la ville. Seulement les archers ennemis empêchèrent toute progression et la bataille commençait à tourner au vinaigre. Mais c’était précisément ce que Thrindar avait prévu. Pendant qu’au nord Thrabu Nurvek faisait diversion, l’héritier mena la Kibil-Inbar aux portes sud-est de la ville. Leur mission était de prendre le fort d’Abatür par le sud, pour diviser la puissance de Bhrone. La diversion fut parfaite et les arbres cachèrent l’armée d’élite jusqu’au pied des murailles. En quelques minutes elle atteignit le fort, et y pénétra sans grande difficulté. Le fort fut rapidement pris et l’armée de Bhrone se replia. Lors de cette bataille décisive l’héritier montra une rage et une cruauté qui terrifia même ses soldats. Une fois le fort pris, Thrindar Târag sonna la cloche en haut de la plus haute tour et par cette action, lança une nouvelle phase du plan.
Une partie de l’armée avait été préalablement dissimulée dans les plaines de l’ouest de la ville. Dès que la cloche retentit, ils se ruèrent sur le centre-ville pour semer la zizanie et prendre l’armée assiégée au dépourvu. Pour cela ils allumèrent d’immenses feux dans la ville. Les armées de Bhrone furent surpassées et la victoire de Queledryn semblait être assurée. Seulement il restait une ombre au tableau : Fratis Bhrone. Même s’il n’avait pu mettre les queledrains en déroute il restait un grand stratège et un bon soldat.
L’ultime phase était de priver la puissante Bhrone de commandement, et donc l’armée queledraine se rua sur le Quartier Fortifié. La ville était prise, seul l’armée et Fratis résistait dans son fort. La manœuvre ne fut pas aussi réfléchie qu’auparavant. L’armée fut envoyée vague par vague sur les portes du fort jusqu’à ce qu’elles cèdent. A ce moment-là Bhrone était perdue, Queledryn était la première armée qui avait pris l’inépuisable capitale du continent. Gomrik Târag, le roi de la mine se rendit lui-même au Quartier Fortifié pour porter le coup de grâce en mettant Fratis Bhrone à genoux.
Mais l’humiliation qu’il allait subir en était que plus grande, Gomrik se posta sur un présentoir, face aux bhronéens réunis sur la place, et fit un discours rapide mais cinglant sur la faiblesse d’esprit et de corps de son adversaire, qui avait cru pouvoir porter atteinte à la désormais puissante Queleryn. Devant lui les Bhronéens ne parlaient pas, derrière lui Fratis Bhrone ne bougeait plus, à genoux, attaché face à son peuple. Enfin après quelques heures d’occupation, l’armée de Queledryn repris la route de Gunvardhal, chargée d’or, et avec un accord certifiant que Bhrone ne prendrais pas place dans un conflit mêlant Queledryn et Kaßen malgré leur alliance. Fratis Bhrone fut jeté à son peuple, Gomrik et son armée était maintenant persuadé de l’hyper-puissance du Toerisme.
Plus qu’une guerre mémorable, Bhrone avait pour la première fois chutée face à un peuple tierce. Maintenant le regard de Queledryn se portait sur le sud du continent, une région déjà convoitée par une des plus grandes puissances du monde.

Dénouement

Grâce à ses deux victoires comme chef des armées, Thrindar Târag acquérit une réputation de grand soldat et de génie stratégique dans la mine. Adoré de ses armées, il se vit attribuer le grade de Bundore : grand général des camps et armées du Roi, la plus haute distinction de l’armée. Cela lui permit aussi d’assurer son futur couronnement en s’assurant le soutient des soldats, il ne se cache pas de sa convoitise du trône. Enfin toujours grâce à son nouveau titre Thrindar prit le commandement de la Kibil-Inbar jusqu’alors commandé par le roi seulement.
Gomrik Târag s’attribua tous les mérites de sa victoire sur le plan international. Il s’assura que sa victoire soit contée dans le monde entier, et que chaque ville du vieux continent sache désormais que Queledryn avait fait chuter l’immense Bhrone, et que ça n’était que le début la sa conquête. En vérité la guerre avait ruiné la ville.
Dans la mine, les Gundubad sont désormais inébranlable, ce qui permit au roi de pleinement contrôler chaque familles affluentes. Il s’est aussi servi de son écrasante victoire pour affermir son emprise sur les queledrains grâce au Toerisme.
La Kibil-Inbar et l’armée queledraine avait désormais une réputation guerrière, assez grande qu’elle avait renversé la capitale du continent, et redistribué les cartes. Thrindar à ordonné la création d’une armée spécialisée dans l’attaque de ville, en créant des ingénieurs de siège. Mais la guerre aillant vidé les ressources de la mine, cette armée spéciale n’a pas vu le jour pour l’instant.
Gomrik Târag désormais roi absolue de Gabilbarük estima que sa renommée était faite, que son peuple était le plus fort et qu’il l’avait prouvé et referma une nouvelle fois la ville au monde.